Le végétarisme et le végétalisme pour protéger l’environnement

Si l’on considérait notre consommation actuelle de viande, on pourrait affirmer que l’extermination du bétail qui sert à notre alimentation est proche. D’où l’intérêt d’adopter le régime végétalien ou, à la limite, végétarien, afin de préserver notre écosystème.

Le végétalisme ou le végétarisme, c’est quoi ?

Le végétarisme est un régime alimentaire qui vise à exclure la chaire animale de l’alimentation. Pratiqué depuis le commencement, selon certaines interprétations de la Génèse, le végétarisme consiste à consommer uniquement du végétal, tel que les fruits et légumes, auquel s’ajoutent les produits issus d’animaux d’élevage. Ainsi, le végétarien ou lacto-ovo-végétarien mange de l’œuf, du lait et des produits laitiers, ce qui est considéré sans impact pour l’environnement.Le végétalisme se révèle comme une version plus poussée du végétarisme, car le végétalien ne consomme aucun produit de l’élevage (œuf, lait, produit laitier) et se contente des produits d’agricultures. Bien qu’il soit assez difficile à suivre, ce régime alimentaire parait plus efficace pour préserver l’environnement.Actuellement, il existe le flexitarisme qui est considéré comme du végétarisme à temps partiel. Ce type de régime alimentaire serait l’idéal pour préserver à la fois sa santé et l’environnement. Il permet de laisser le nombre d’animaux croître de temps en temps.

Le végétarisme ou le végétalisme est plus qu’un simple régime alimentaire

Si le végétarisme et le végétalisme sont adoptés principalement pour des raisons de santé, ils présentent également un intérêt considérable pour l’environnement. Effectivement, ne consommer que des légumes, des fruits et des feuillages assure un meilleur état de santé et prévient un grand nombre de maladies telles que l’obésité, l’hypertension artérielle, les troubles cardiovasculaires et le goutte. Le régime vegan contribue à la protection de l’environnement. En excluant la viande, les poissons et les fruits de mer, nous promouvons une consommation responsable. Il revient à réduire le nombre d’animaux à abattre chaque jour, ou de poisson à pêcher afin de laisser l’écosystème de se multiplier à un bon rythme.

Be the first to comment on "Le végétarisme et le végétalisme pour protéger l’environnement"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*